Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2017

dire et rire

DSC01126.JPG

Il faudrait se souvenir toujours de ces moments sans soucis, être présent à cent pour cent à ses mimiques, ses sourires, ses premiers mots. Il a désormais tout un vocabulaire bien à lui et qui décrit son monde, basé sur des sonorités précises qu'il répète et combine à l'envi.

Un CAA est un tracteur ou un car, c'est selon, Lolo désigne la baignoire ou la flaque, LAA est la vache, appelée aussi parfois MEUMEU. On entend plein de BAPOU qui veut dire voiture, de POUPOU qui sont les poules, de YAYA qui est Tilia. NON veut dire non, mais en plus négatif encore, tandis que oui se dit AOUI dans son langage, et c'est un oui plein d'assentiment.

Prononcer MAMAN est acquis depuis longtemps et il ne s'en prive pas, sur tous les tons et à toute occasion, suppliant ou l'air moqueur. Mais le mot qui emporte tous ses suffrages, c'est PAPA. Ce mot-là est prononcé un bon millier de fois par jour, c'est le premier mot qu'il dit au réveil et sur un ton qui ne supportera pas l'attente. PAPA est convoqué à tout moment, pour toutes les menues trouvailles de la salle de jeu. PAPA se prononce sur un ton d'affection exclusive en se lançant la tête dans les jambes dudit père et en l'enlaçant d'un air des plus amoureux qui soit. Et peu importe que l'objet de cet amour soit en train de réfléchir, de téléphoner, de tenter de travailler, s'il ne répond pas dans l'instant à la démonstration, le drame éclate et Philippe reste inconsolable.

DSC01127.JPG

DSC01128.JPG

DSC01129.JPG

 

Enregistrer

Enregistrer

09/01/2017

c'est ça l'hiver

DSC01528.JPG

Il faut bien l'avouer, l'hiver chez nous, c'est plus souvent "mud season" que neige et froid sec. Alors quand la nature se donne en spectacle, on adhère tout de suite et même, on sort plusieurs fois par jour pour bien sentir les choses.

Que plusieurs jours de suite la température reste bloquée sous le zéro, bien en bas du thermomètre, et c'est le dépaysement complet, la grande fête de l'hiver.

Tout le paysage semble cristallisé et le givre métamorphose la moindre brindille en sculpture fragile. Les couleurs s'effacent et une palette de gris doux prend place, de l'aplat du ciel aux étendues herbeuses, des talus à la ligne du chemin. Une gomme magique a tracé par-dessus les graminées, branches et ronces et c'est tout un entrelacs graphique et argenté qui s'offre sous le ciel morne. Le verger se devine au loin et le givre envahit tout, jusqu'à l'air silencieux, épais et presque solide qui me pénètre, tranchant, pendant ma promenade.

Bientôt la féérie cessera et le givre tombera des branches par paquets, petits fracas qui me font me retourner parfois, laissant les écorces noires et humides dessiner un paysage plus commun.

Mais pour l'instant c'est l'hiver, il fait froid et quand je reviens vers le village, les cheminées envoient leurs volutes au ciel, invitant au refuge des maisons douillettes. L'odeur des feux de bois imprègne jusqu'aux abords du hameau, et c'est la même que les anciens habitants pouvaient sentir autrefois, quand ils rentraient des champs, contents peut-être de leur travail et de savoir leurs bêtes à l'étable.

DSC01529.JPG

DSC01539.JPG

DSC01532.JPG

DSC01535.JPG

DSC01533.JPG

DSC01536.JPG

DSC01530.JPG

Enregistrer

31/12/2016

exotisme de fin d'année

DSC01382.JPG

Ici aussi pour tous c'est la trêve des confiseurs : plus de cours, plus de chantiers, plus d'ordinateurs, les cahiers sont rangés...

Après Noël et les grands repas, nous filons passer quelques heures à Paris avec notre colonie, c'est pour nous l'exotisme suprême. Pour les plus petits, le must est de prendre les transports en commun. Bien sûr il y a les vieilles dames de la ville que nous retrouvons toujours avec plaisir, ce sont nos icônes à nous : tours, palais, résidences, ponts, ... Mais il y a aussi cet air particulier, la Seine et ce rythme différent, "tout le monde suit ?", "restez bien ensemble", "Matthias, donne la main à Lucien"... et l'achat incontournable des petites tours Eiffel qui viendront enrichir des collections déjà bien fournies.

Il y a les brasseries, leurs miroirs et leurs lustres, la clarté glaciale du ciel, et toutes les choses que nous n'auront pas eu le temps de voir cette foi-ci, le Luxembourg, la montagne Sainte Geneviève et Saint Michel...

Nous reviendrons, peut-être à Pâques, peut-être cet été.

DSC01384.JPG

DSC01369.JPG

DSC01433.JPG

DSC01439.JPG

DSC01437.JPG

DSC01453.JPG

DSC01520.JPG

DSC01522.JPG

DSC01525.JPG

18:11 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (2)

28/08/2016

liens

DSC00833.JPG

DSC00834.JPG

23/08/2016

il fait chaud

DSC00787.JPG

Il fait chaud.

C'est le temps des siestes, des lectures, des repas frais et des petites séances d'écrans.

Certains jours, il faut fermer les rideaux et la pénombre et le frais de nos gros murs sont notre refuge. Ce n'est qu'après le dîner que tous rejoindront leurs vélos et ballons.

Et peut-être, si ce n'est pas trop tard, une courte promenade avec les chiens pour voir le coucher du soleil, notre meilleure série de l'été.

DSC00781.JPG

DSC00778.JPG

DSC00790.JPG

DSC00772.JPG

DSC00777.JPG

09/08/2016

bord de mer

DSC00451.JPG

Comme tous les ans désormais, il y a eu cette série de journées dans le lodge, passées uniquement à emmagasiner le plus possible de lumière, de soleil, de vent, de sel. Une cabane avec la terrasse dans les feuillages bruissants et, même quand le temps vire, l'impression renouvelée d'être pleinement présent à la nature.

Des journées de lecture, de va-et-vient entre la plage, la piscine, les tours de vélos. La pêche à marée basse, les crêpes quand il pleut, les courses de Latcho sur la grève, et, le soir venu, l'auréole de nos petits anges qui se met mystérieusement à briller !

Bonnes vacances à tous !

DSC00427.JPG

DSC00435.JPG

DSC00422.JPG

DSC00423.JPG

DSC00418.JPG

DSC00443.JPG

DSC00414.JPG

DSC00446.JPG

08/07/2016

* côté jardin *

DSC00167.JPG

DSC00166.JPG

DSC00170.JPG

DSC00175.JPG

DSC00176.JPG

05/07/2016

au revoir les maîtresses !

DSC00147.JPG

"Et au camping, maman, on pourra faire une promenade tous seuls avec P (6 ans), parce que ça y est, on est grand, on n'est pas des mauviettes !"

Lucien (5 ans)

30/06/2016

le bon lait

DSC02772.JPG

Aller à la traite, c'est plonger. La légère pénombre de la fosse nous baigne dans un univers sonore de tuyauteries et pompes, de chaines et de barrières métalliques qui grincent, de souffles et de sabots qui tapent, d'encouragements et de jurons du fermier qui pousse ses bêtes ou les apaise pour qu'elles prennent place sur les quais.

Le lait extrait des mamelles circule dans le réseau fermé, tuyaux, vannes, ballon en verre, jusqu'au tank final immense, dont le camion du laitier viendra prélever le contenu cette nuit ou au petit jour.

Mais pour nous, il a sorti une tasse et tiré directement du pis le trésor blanc. Chacun a goûté ce liquide que l'on semble alors découvrir pour la première fois, tant c'est différent : tiède, presque chaud, tout mousseux, à la fois sucré et légèrement aigre, si vivant, presque troublant, la vie même de la vache dans notre bouche.

Le mufle humide des bêtes, les pisses surgissant drues et les bouses qui claquent sur le béton, l'odeur de paille souillée et de poil chaud... et les multiples paires d'yeux qui nous observent, mi curieuses mi inquiètes : que font ces enfants dans notre salle de traite ?

Placides cependant, elles ruminent même pendant que l'on branche les trayeuses, la nourriture tourne entre leurs mâchoires actives, et bientôt, elles repasseront au cornadis prendre un peu de foin avant de retourner dans la prairie, rejoindre leurs congénères... Il faudra laver les quais et la fosse à grande eau, balayer l'aire, et la paix du soir pourra descendre sur la ferme.

DSC02783.JPG

WP_20160601_18_36_34_Pro.jpg

DSC02794.JPG

WP_20160601_18_42_06_Pro.jpg

DSC02802.JPG

DSC02805.JPG

25/06/2016

juin sous la pluie

DSC00102.JPG

Le jardin fume après l'averse, la terre exhale une humidité dont juin ne vient pas à bout. Il pleut souvent, le temps est lourd, l'orage jamais très loin. Les bottes sont de mise une bonne partie de la journée et les créneaux pour couper l'herbe sont rares.

Un de ces derniers soirs fera date dans notre quotidien tempéré. Au fil de l'après-midi, les nuages s'étaient accumulés tantôt à l'est, tantôt à l'ouest, finissant par noircir entièrement la portion de ciel qui surplombe la maison. Sous ce couvercle anthracite, presqu'aussi solide que les toits d'ardoise, le moindre pas dans le jardin faisait ressentir la masse électrique de l'air. Dans le verger, j'ai trouvé une poule, une des deux jaunes nées l'an dernier, trempée par la pluie qui commençait déjà. Je l'ai crue malade mais elle faisait simplement la discrète, cachée dans les herbes sur un nid d’œufs qu'elle couvait bravement dans l'atmosphère hostile. Le tonnerre a roulé et grondé toute la nuit, mais ma poulette était au chaud dans le poulailler avec ses sœurs.

L'orage a duré presque vingt-quatre heures. Tout dans la maison s'est progressivement gorgé d'eau. Les vitres et les miroirs étaient couverts d'eau qui gouttait, les placards, les objets, tout poisseux et recouvert d'une pellicule d'eau, les livres et les papiers devenus mous, les chiens aux yeux inquiets dans la moiteur, le sol comme lessivé avec une serpillière mal essorée et le dîner servi sur une table trempée...

Et comment faire dormir les enfants : fenêtre ouverte aux éclairs ou fermée sur la touffeur des chambres ?

Un épisode exotique et par bonheur passager, que d'autres ailleurs connaissent six mois dans l'année...

DSC00109.JPG

DSC00114.JPG

DSC00113.JPG

DSC00111.JPG

DSC00110.JPG

DSC00112.JPG