Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2015

la paix à portée de main

DSC01473.JPG

La paix c'est filer dans les champs prendre une grande respiration.

Assister soudain au coup de théâtre du soleil sur une haie savamment choisie dans le paysage qui s'étend devant nos yeux. Penser, au-delà de la peine, de la panique, de l'angoisse, à ces enjeux politiques, stratégiques, économiques, qui nous échappent un peu, ou complètement. Se souvenir qu'en dépit des déclarations et des gestes de solidarité, les États restent des êtres froids.

Alors, rentrer faire un gâteau, car un gâteau, c'est du partage, un peu de chaleur humaine.

Pour un beau gâteau :

mélanger 4 verres de farine, 2 verres de cassonade, 1 verre d'huile, 1 sachet de levure. Compléter avec du lait jusqu'à ce que la pâte soit homogène et glisser dedans ce que l'on veut, ce que l'on a sous la main, ce qui fait envie : des noix, des pommes, des raisins, de l'orange. Faire cuire 40 minutes à four moyen.

Et surtout, ne pas oublier le trait de cannelle, car la cannelle, c'est le Nord, mais c'est aussi le Maroc et Tunis. La cannelle, c'est Haïti, c'est l'Inde, c'est le monde entier.

Le monde entier dans mon gâteau.

DSC01466.JPG

DSC01474.JPG

DSC01475.JPG

DSC01471.JPG

DSC01503.JPG

DSC01504.JPG

DSC01507.JPG

DSC01505.JPG

04/11/2015

coucou caché

DSC01424.JPG

DSC01420.JPG

DSC01422.JPG

28/10/2015

jours d'automne

DSC01407.JPG

Tout en ce moment rosit, rougit, jaunit, se teinte de bruns variés, d'ocres et d'oranges et c'est l'apothéose de l'automne telle que Thoreau la décrit dans ses "Teintes d'automne". J'adhère à son idée selon laquelle ces feuilles aux couleurs magnifiques sont non pas en train de mourir mais bien plutôt au sommet de leur mûrissement, tout comme peut l'être une pomme ou un autre fruit.

Déjà cela demande plus d'efforts de sortir de la maison, de quitter les jeux, le poêle allumé, il faut retrouver les bottes, les manteaux et parfois même déjà un bonnet ou un foulard, mais la campagne est à son apogée et le spectacle des arbres sous les ciels ennuagés vaut toutes les émissions de télévision.

Dès le milieu de l'après-midi, le soleil mordore les murs des maisons et les feuillages et la moindre feuille un peu jaune touchée par les rayons obliques devient elle-même soleil.

Illuminations inattendues dans les haies, dans les bois et à chaque coin du jardin.

DSC01408.JPG

DSC01410.JPG

DSC01413.JPG

DSC01414.JPG

08/10/2015

retour à la maison

DSC01131.JPG

Matthias est rentré à la maison mardi soir, l'opération avait duré six heures, mais c'est un rétablissement éclair et les douleurs physiques et les fatigues morales laissent peu à peu place au sourire et au retour des blagues.

Ces journées auront été marquées par de fortes émotions, des liens resserrés, des confidences inhabituelles. On retiendra des visages, ceux des chirurgiens bien sûr (nous n'avons pas vu le robot Victor !), mais surtout, surtout, la blonde Marine aux mains douces... Et tous ces enfants du service, des petits, des bébés, des mamans qui pleurent au retour du bloc opératoire, et, lundi après le dîner, alors que tout est calme et que les visiteurs sont partis, une musique soudaine dans le couloir et le passage des clowns dans les chambres.

Et le soir de la sortie, la pluie et les vagues sur la Loire au soleil couchant...

DSC01135.JPG

DSC01137.JPG

17:00 Publié dans Matthias | Lien permanent | Commentaires (3)

02/10/2015

une pensée

DSC08289.JPG

Une petite pensée s'il vous plait pour mon prince valeureux qui doit surmonter aujourd'hui une grosse épreuve.

Il est entre de bonnes mains, je le sais, mais vivement ce soir quand même.

DSC01123.JPG

DSC08596.JPG

 

09:44 Publié dans Matthias | Lien permanent | Commentaires (5)

28/09/2015

des boucliers

DSC01001.JPG

C'est une histoire de boucliers et de liens. Ou comment, autour d'un projet partagé, ils ont su se rassembler et combiner leurs talents. Un papa et des petits garçons réunis autour d'un rêve de chevaliers. Il reste un peu de peinture à faire, ce sera pour mercredi. Et pendant ce temps, je tondais autour du potager, car ça pousse déraisonnablement, comme au printemps quand la chaleur se combine à l'humidité et que l'herbe envahit tout.

DSC01009.JPG

DSC01032.JPG

DSC01033.JPG

DSC01027.JPG

DSC01008.JPG

DSC01020.JPG

 

22/09/2015

c'est l'automne !

DSC00941.JPG

L'automne arrive demain. Nous sommes préparés pour sa venue car déjà il y a eu de grands vents, des journées de pluie, des températures qui baissent le soir, des envies de couettes plus chaudes et de plaids confortables. C'est la période du mûrissement, des récoltes et de l'abondance. Chailleux, rainettes, court-pendues, on peut choisir toutes les pommes dans le seau et les mordiller tour à tour, les regarder, les câliner, les faire rouler.

Ce soir on allumera le premier feu dans le poêle et je sais qu'ils attendent ce moment depuis plusieurs jours. Peut-être mettra-t-on la petite table pour le dîner juste devant pour être tout près et regarder les flammes à loisir.

L'automne nous apporte un nouveau rythme quotidien et une autre façon d'être à la maison. Tous se rassemblent autour de la pâte à modeler, des crayons, des légos, des petites voitures sur le tapis, tandis qu'à la cuisine on assiste au retour des soupes et des plats mijotés. Dans les champs et les chemins, on guette les champignons qui déjà éclosent. Les châtaignes seront bientôt prêtes et peut-être les prunelles. Au jardin les dernières tomates rougissent encore un peu et les potimarrons gonflent de jour en jour, seront-ils prêts pour Halloween ?

Bienvenue à l'automne !

DSC00937.JPG

DSC00943.JPG

DSC00945.JPG

DSC00947.JPG

17/09/2015

sérénité

DSC00916.JPG

Il tête et, de sa main libre, cherche la mienne. Il touche d'abord ma paume, la main en boule, puis les doigts ouverts, la pose bien à plat sur le dos de la mienne, dans une caresse très douce. Il saisit l'un de mes doigts laissé exprès à sa portée, le serre un peu, puis le lâche pour revenir toucher la paume de ma main et s'y lover. Son bras s'agite, il bat l'air un instant, vient palper mon sein tandis qu'il boit toujours et revient jouer avec mes doigts. Ses yeux sont fermés depuis un moment. Il tête toujours avidement, mais son rythme se ralentit et bientôt, je pourrai aller le déposer doucement dans son nouveau lit, où il se retournera en s'étirant de bien être et se laissera sombrer dans la nuit de son sommeil.

C'est le plus serein de tous mes princes. Je l'imagine adulte, souriant, barbu certainement, revenant enjoué du jardin où il aura vécu une de ces aventures simples du grand air qu'il affectionnera sûrement. En attendant, il s'entraîne, explore, grimpe déjà, se montre curieux de tout, impatient, affamé de vie.

DSC00913.JPG

12/09/2015

dans la forêt

DSC00852.JPG

Comme il pleuvait à verse ce matin, nous avons cru que l'automne était arrivé. Nous avons aussitôt pensé à la forêt où nous pourrions le vérifier, nous avions envie d'une balade sous la pluie, dans les odeurs de feuilles foulées et de champignons, j'avais même pensé étrenner mon nouveau ciré acheté à la coopérative maritime cet été. Matthias parlait d'allumer le poêle en rentrant, pour le goûter et je lui opposais que nous n'étions que début septembre et que quelques bougies suffiraient à réchauffer les cœurs.

Au lieu de l'automne c'est bien l'été que nous avons retrouvé sous les arbres. Le ciel s'était dégagé et il a fallu faire un effort pour trouver un champignon ou une feuille rousse. C'est presque soulagés que nous avons dû ôter un pull ou une veste, et les quelques flaques trouvées en chemin ont à peine suffi à mouiller les bas de pantalon. Tilia s'en est donné à cœur joie et la pause finale dans les grandes herbes leur a permis, je le crois car ils étaient silencieux et concentrés, de sentir la forêt avec tous leurs sens.

Rentrés à la maison, c'est sur la terrasse que nous avons pris le goûter. Déguisés en chevaliers, ils ont sorti tente et tracteur au soleil pour finir l'après-midi.

DSC00853.JPG

DSC00861.JPG

DSC00863.JPG

DSC00865.JPG

DSC00866.JPG

DSC00873.JPG

 

DSC00877.JPG

DSC00886.JPG

DSC00887.JPG

DSC00888.JPG

DSC00878.JPG

08/09/2015

mûres mûres

DSC00682.JPG

Leur récolte est traditionnelle chez nous, et tous les ans, on en fait des tartes, des confitures, de la gelée. Ils l'apprennent tout petits, on ne les cueille que lorsqu'elles sont bien noires. Ces mûres mûres nous parlent à l'oreille dans les haies crépitantes de la fin de l'été, des histoires de piquants, d'insectes bourdonnants, de fossés dissimulés sous les herbes et de lézards furtifs, mais aussi de ciels bleus infinis, de chaumes dorés, de maïs plus grands que nous et, parfois, de chevreuils bondissants au détour d'une barrière.

Les mûres ont le goût du tournant de la saison, quand l'été s'éloigne un peu, à peine, et que les premiers signes de l'automne se manifestent déjà. Une bourrasque soudaine arrache une volée de feuilles, le sol près de la maison est déjà jonché de glands, les premiers champignons sortent leurs chapeaux et le brouillard noie les lointains au lever du soleil. C'est alors que le goût profond et incomparable des mûres nous régale et nous réconforte, cadeau d'une nature prolifique.

Les T-shirts s'en souviennent longtemps et les petits doigts au fond des marmites n'ont pas peur des brûlures, quand c'est pour collecter les dernières gouttes de gelée violette.

DSC00673.JPG

DSC00677.JPG

DSC00675.JPG

DSC00679.JPG