Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2016

intersaison

DSC02229.JPG

Comme Philippe, nous sommes tous tendus vers le printemps.

Après les grippes, les percées de pré-molaires et autres petits plaisirs de fin d'hiver, après la gadoue et les jours gris, nous ressentons un nouvel élan partagé avec les plantes et les bêtes. Très bientôt, le soleil se fera plus fort et tout s'épanouira.

Déjà, le jardin se prépare et le magnolia stellata, devant ma fenêtre, en fleurs depuis fin décembre, sort désormais ses feuilles. Les animaux profitent du moindre rayon de soleil pour se réchauffer et la basse-cour explore toujours plus loin le champ des chênes.

Des envies nouvelles nous prennent, des piques-niques, de nouvelles plantations, des promenades plus longues, de nouveaux animaux. Les enfants sont en vacances, ils vont pouvoir dormir le matin, ressortir les vélos et les ballons. Nous remettrons du sable propre dans le bac dehors et il faut ressortir la table de la terrasse, tondre un peu, il reste des feuilles à ramasser pour le potager et des arbres à tailler et éclaircir pour que la lumière pénètre au cœur.

Le poêle est encore allumé, il faut encore mettre un manteau le matin, mais nous nous préparons, nous sommes prêts à sortir de nos gangues hivernales.

Bientôt, le printemps nous fera tous refleurir.

DSC02205.JPG

DSC02206.JPG

DSC02207.JPG

DSC02208.JPG

DSC02210.JPG

DSC02241.JPG

DSC02249.JPG

DSC02244.JPG

28/02/2016

60 000, le colibri et la coccinelle

DSC02084.JPG

C'est un enjeu qu'ils comprennent très bien à leur âge et déjà ils savent que le développement est ailleurs, qu'il vaut mieux des fermes qu'un aéroport, des carottes plutôt que des avions.

L'ambiance était à la fête, sous le soleil froid de février, 60 000 participants c'est bien. Ils ont reconnu un des tracteurs qui défilaient, "ils vont où, maintenant, maman ?", "ils rentrent dans leurs fermes, c'est l'heure de la traite, il y a du travail".

Et je suis sûre qu'ils se souviendront  de l'engagement de tous ces participants défilant joyeusement, en musiques et jongleries, avec banderoles et drapeaux. Chaque fois que nous emprunterons cette route, nous reverrons la tour à l'effigie pleine de sens du colobri, celui qui fait sa part pour éteindre le grand incendie.

DSC02056.JPG

DSC02055.JPG

DSC02069.JPG

DSC02091.JPG

DSC02064.JPG

DSC02076.JPG

DSC02057.JPG

DSC02092.JPG

16/02/2016

dyptique

DSC01958.JPG

DSC01959.JPG

16/01/2016

nos promenades

DSC01799.JPG

Des promenades comme celle-là, il y en aura sûrement encore des dizaines cette année.

Elles seront chaque fois différentes, car le ciel n'est jamais tout à fait de la même couleur, les feuilles reviendront aux arbres et les cultures dans les champs suivront les saisons. Bientôt nous quitterons écharpes et bonnets, les manteaux resteront sur les patères et les bottes même deviendront superflues. Déjà tout-à-l'heure le soleil me chauffait les joues et il a bien fallu alléger un peu les cols et les chapeaux de mes cyclistes.

La campagne de ce côté est encore nue mais toujours si rassurante et pérenne, c'est là que je m'enracine et pour eux c'est certain, ce sera pareil.

C'est la période de l'année où je pense souvent à l'idée d'aller vivre ailleurs, au soleil, là où les maisons sont baignées de lumière, où les penderies ne contiennent que des robes et des tee-shirts, où l'on va à la plage d'un coup de vélo, où l'ombre est apaisante et les feuillages luxuriants...

Mais je n'oublie pas qu'après trois semaines passées là-bas, tout à coup une nostalgie féroce me saisit et que ma terre me manque, les galettes de blé noir, les petites lampes et le feu du soir, les ciels changeants et les flaques dans les chemins.

Lucien me l'a redit, au moment d'aller à la sieste, de toute façon, il sera fermier, pour faire du tracteur et s'occuper des animaux. Sa ferme n'est pas à l'autre bout du monde, c'est ici, à deux pas. Il sera fermier avec Tonton.

DSC01801.JPG

DSC01814.JPG

DSC01813.JPG

DSC01817.JPG

DSC01815.JPG

DSC01810.JPG

DSC01818.JPG

DSC01821.JPG

01/01/2016

bonjour 2016

DSC01542.JPG

2016 est arrivé et je sais que cette année nous portera chance. Je suis née un 16 et c'est chaque fois un jour qui me fait vibrer. Le nombre lui-même me paraît des plus positifs et quand je le croise, il me semble porteur d'un petit quelque chose en plus, encore mieux que le 9 qui est un de mes chéris, et bien mieux à coup sûr que le 15.

J'ai des projets plein la tête et je compte mener à bien tout ce que je n'ai pas pu faire l'an passé. Je me sens pour cela une énergie folle. Pour les princes de ma famille dont j'ai la joie d'accompagner les jours et pour moi-même, il y aura en 2016 des moments de partage plus nombreux et des liens renforcés, des connexions renouvelées vers les bêtes, les plantes, les autres, le monde et l'art.

Je retournerai peut-être enseigner un peu, mais je compte aussi sur de beaux chantiers et il me faudra un peu plus de rigueur pour des soirées préservées, rien qu'à nous deux, avec plein de place pour des conversations, de bons films, du thé chaud et des aiguilles et de la laine entre les mains.

A vous tous mes amis lecteurs, je souhaite une année 2016 pleine de douceur et de sérénité.

DSC01543.JPG

DSC01544.JPG

DSC01546.JPG

DSC01547.JPG

27/12/2015

joyeux Noël !

DSC01724.JPG

18/12/2015

en vacances !

DSC01682.JPG

Tout le monde est rentré et ce n'est pas un soir comme les autres.

Ils vont enfin pouvoir se reposer le matin et se consacrer entièrement aux préparatifs de Noël et à leurs jeux.

Hier soir, comme tous les jeudis, nous avons chanté avec Matthias à la guitare. Plusieurs chansons sont déjà à notre répertoire et je sens qu'ils y prennent de plus en plus de plaisir. Lucien finit toujours la séance en chantant seul une chanson apprise à l'école, de sa petite vois d'enfant émouvante et encore mal assurée. Même Alexandre a participé (contre la promesse d'un jus de fruit frais au dessert !), lui pour qui le chant constitue une mise en avant encore assimilée à une mise en danger.

Ce matin, Philippe est retourné à la garderie, il semble avoir compris que c'est un moment pour jouer et que Maman reviendra très vite. C'est aussi un temps de partage avec les dames de la garderie, souriantes, accueillantes. Et en sortant, ma conversation avec cette autre dame qui garde des enfants, si pleine de calme, de sensibilité, avec sa voix grave et un peu cassée, m'a remplie d'émotion pour la journée. Il était question de mères et d'enfants, de séparation, de rupture et de précocité. C'est drôle, elle fait partie de ceux déjà croisés auparavant dont j'étais sûre que nous avions quelque chose à échanger.

J'ai du travail, il reste des préparatifs pour les fêtes et il me faudra savoir passer des moments qui leur soient uniquement dédiés, pour dessiner avec eux, chanter ensemble ou jouer.

Vivent les vacances !

DSC01653.JPG

DSC01654.JPG

DSC01677.JPG

DSC01686.JPG

02/12/2015

12 mois

IMG_0728-1.JPG

Ce dernier bébé fait ma fierté et je tâche de profiter de chacun des moments que nous partageons. Je reste toujours étonnée devant son air réfléchi et rêveur, et sur ces photos de ce premier anniversaire c'est son regard plein d'intériorité et la posture de sa main qui me frappent et me rappellent cette toute première photo extraordinaire après sa naissance. Plus que circonstancielles, ces attitudes me parlent et m'en disent long sur sa façon d'être au monde.

C'est aussi un petit garçon volontaire, très tonique. Il sera sans doute hypersensible comme ses frères, mais son ancrage dans le moment présent n'est qu'à lui. J'ai hâte de le voir grandir, de le découvrir toujours plus, de faire de mieux en mieux sa connaissance.

Nous passons, ô chance, toutes nos journées ensemble, quand tous sont partis au travail ou à l'école, et notre rythme est marqué par les repas, les changes, les jeux et les tétées, mettant tout le reste, travail, soins de la maison et du jardin au second plan.

Je suis sûre que, comme tous mes enfants, il a beaucoup à m'apprendre et je me régale chaque jour de le regarder vivre. Ses premiers pas sont chaque jour plus sûrs, bien sûr il escalade tout et collectionne les hématomes, mais ses nuits sont désormais complètes et il a appris depuis peu à lover sa tête dans mon cou en guise de câlins.

Mais ce que j'aime au moins autant, c'est le regard de ses frères sur ce bébé et les liens qu'ils tissent petit à petit, pour toute la vie.

Bon premier anniversaire, Philippe !

IMG_0731.JPG

IMG_0732.JPG

14/11/2015

la paix à portée de main

DSC01473.JPG

La paix c'est filer dans les champs prendre une grande respiration.

Assister soudain au coup de théâtre du soleil sur une haie savamment choisie dans le paysage qui s'étend devant nos yeux. Penser, au-delà de la peine, de la panique, de l'angoisse, à ces enjeux politiques, stratégiques, économiques, qui nous échappent un peu, ou complètement. Se souvenir qu'en dépit des déclarations et des gestes de solidarité, les États restent des êtres froids.

Alors, rentrer faire un gâteau, car un gâteau, c'est du partage, un peu de chaleur humaine.

Pour un beau gâteau :

mélanger 4 verres de farine, 2 verres de cassonade, 1 verre d'huile, 1 sachet de levure. Compléter avec du lait jusqu'à ce que la pâte soit homogène et glisser dedans ce que l'on veut, ce que l'on a sous la main, ce qui fait envie : des noix, des pommes, des raisins, de l'orange. Faire cuire 40 minutes à four moyen.

Et surtout, ne pas oublier le trait de cannelle, car la cannelle, c'est le Nord, mais c'est aussi le Maroc et Tunis. La cannelle, c'est Haïti, c'est l'Inde, c'est le monde entier.

Le monde entier dans mon gâteau.

DSC01466.JPG

DSC01474.JPG

DSC01475.JPG

DSC01471.JPG

DSC01503.JPG

DSC01504.JPG

DSC01507.JPG

DSC01505.JPG

04/11/2015

coucou caché

DSC01424.JPG

DSC01420.JPG

DSC01422.JPG